La Postière de la Place de l’Hôtel de Ville

Masquée et emmitouflée dans son manteau de fonction car les températures d’automne se rafraîchissent, une postière traverse la place de l’hôtel de ville en poussant son charriot de courrier. La présence de cette femme, isolée sur l’esplanade comme au milieu d’une vaste scène de théâtre, fait écho au portrait en rouge d’une autre femme, en second plan. Ancienne place de Grève, la place de l’hôtel de ville a été renommée esplanade de la Libération en l’honneur du général de Gaulle. Lieu d’évènements culturels, mais aussi d’implication citoyenne.

La place de l’hôtel de ville, ancienne place de grève devenue esplanade de la Libération

Au Moyen-âge, la place de l’Hôtel de Ville est faite d’un mélange de sable et de gravier et se nomme « place de grève » comme une sorte d’espace sablonneux accessible depuis la Seine. Son rôle était d’accueillir les marchandises débarquées depuis le fleuve pour approvisionner la cité. En raison de sa forte activité, des hommes inoccupés y « faisaient grève », c’est-à-dire qu’ils attendaient sur la place qu’on leur confie une tâche. Elle a eu cependant une utilisation moins reluisante au cours des siècles : celle des exécutions publiques. Potence et bûcher pour hérésie et sorcellerie ou guillotine durant la révolution. Rebaptisée place de l’Hôtel de Ville en 1803, elle fait l’objet d’agrandissements, jusqu’à un nouveau changement de nom en 2013, dite « Esplanade de la libération ». Ce nom a été choisi en l’honneur du célèbre discours du Général de Gaulle à la Libération en 1944 (« Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré!« ) prononcé depuis l’hôtel de ville de Paris.

Un lieu de rassemblements culturels

Depuis sa piétonnisation en 1982, la place de l’Hôtel de Ville est un lieu idéal pour les rassemblements festifs. On pense à l’installation de terrains de volley-ball pour Paris Plage et l’organisation d’un festival de musique Fnac Live l’été, d’une large patinoire, et d’un marché de Noël en hiver, ou la retransmission par écrans géants d’événements sportifs d’ampleur comme lors de la Coupe de monde de Football 2018. On note également la participation à de nombreux évènements culturels comme la Nuit Blanche, la Fête de la Musique, l’organisation d’évènement caritatifs, ou plus insolite, l’installation d’ateliers consacrés aux forêts sur le parvis de l’hôtel de ville pour La Journée Internationale des Forêts.

La Mairie de Paris s’engage pour Fariba Adelkhah

Fariba Adelkhah, chercheuse en anthropologie à Sciences Po, et auteure de nombreux ouvrages sur le Moyen-Orient est actuellement détenue en Iran, depuis juin 2019, accusée d’espionnage. Une accusation formellement contestée par le Quai d’Orsay, qui dénonce un procès « exclusivement politique« . Pour sensibiliser le public sur la détention de la chercheuse, la Mairie de Paris s’est engagée en juin dernier avec le déploiement de cette affiche, en présence de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et de nombreuses personnalités de la recherche à Sciences Po, sur la place de l’Hôtel de Ville. A noter que Fariba Adelkhah a pu sortir de prison le 3 octobre dernier, sous condition d’astreinte à résidence avec bracelet électronique, à son domicile en Iran.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :