La Statue de la Liberté du musée des Arts et Métiers

Arborant fièrement sa torche sous un ciel menaçant, une réplique miniature de la statue de la Liberté est exposée sur le parvis du musée des Arts et Métiers, à l’échelle 1/16ème. Un gigantesque mètre jaune, symbole de précision, l’entoure et vient souligner la base du musée. Riche d’un catalogue de plusieurs dizaines de milliers d’objets techniques et scientifiques, dont certains pionniers dans leurs domaines, le musée des Arts et Métiers met à l’honneur la statue de Bartholdi qui a servi de base de travail à sa statue de la Liberté de New-York.

Réplique de la maquette originale en plâtre à l’intérieur du Musée des Arts et Métiers

Si Paris compte plusieurs répliques de la célèbre statue de Liberty Island à New-York, la maquette originale qui a servi de base pour la construction de la statue de la Liberté se trouve à l’intérieur du Musée des Arts et Métiers. Réalisée au 1/16ème, soit une hauteur de 2,11 mètres, le modèle de la Statue de la Liberté du sculpteur français Auguste Bartholdi, en plâtre, à été réalisé en 1878. C’est au cours des travaux de l’immense statue de la Liberté, qui culmine maintenant à 93 mètres, que Bartholdi réalise ce modèle d’exécution, en collaboration avec Gustave Eiffel. L’inauguration de la véritable statue, à New-York, en 1886, célèbre l’amitié française pour la déclaration d’indépendance des 13 colonies américaines de 1776.

Un catalogue d’instruments de précision datant de plusieurs siècles

Outre la statue, le Musée des Arts et métiers recense un catalogue de 70.000 objets techniques de précision, accessible en ligne. Parmi ces objets, en maquette ou en grandeur réelle, certains datent de plusieurs siècles comme un superbe « Astrolabe » de 1569, du constructeur flamand Arsenius, une « Machine arithmétique » de 1642 de Pascal, aussi appelée la « pascaline », ancêtre de la calculatrice, ou encore le « Gazomètre » de Lavoisier, chantre de la célèbre formule « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme« . Le catalogue révèle des objets pionniers dans leurs domaines comme une Chambre à tiroir de Daguerre, de 1835, un prototype du « Cinématographe » des frères Lumière, ou un téléphone de Bell. Les passionnés d’automobile pourront trouver un Quadricycle Peugeot de 1892, tandis que les amateurs d’aviation admireront un Aéroplane de Louis Blériot datant de 1909, et le magnifique Avion n°3 de Clément Ader.

Cinq statues de la Liberté visibles à Paris

En plus du modèle de Bartholdi à l’intérieur du musée et de sa copie exposée dans la cour, trois autres répliques sont visibles à Paris. La plus connue d’entre elles est située sur l’Île-aux-Cygnes, dans le 15ème, ce qui offre la possibilité d’avoir en panorama la Tour Eiffel. Les deux autres sur trouvent au Musée d’Orsay et au Jardin du Luxembourg.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :