Les vestiges de l’Hôtel Raoul

Décoré d’un figuier à sa gauche et d’un treillis de lierre sur le mur adjacent à sa droite, un portail vétuste surgit en pleine rue. Sur la gauche, une horloge ancienne a comme figé le temps. Derniers vestiges de l’hôtel Raoul, dans le Marais, le portail et son horloge suscitent une curiosité immédiate chez le promeneur qui lui rend visite à l’improviste.

Les vestiges d’un hôtel particulier construit en 1604

Situé rue Beautreillis dans le Marais, l’hôtel Raoul, du nom de son propriétaire au XIXème a en réalité été construit en 1606. Paul Ardier, ancien ministre du roi Henry IV et nouvellement acquéreur du logis à cette date passe devis auprès de deux maîtres-maçons François Pinart et Pâris Bonnet pour créer un des premiers hôtels « entre cour et jardin« . A cette époque, plusieurs hôtels particuliers se construisent ou sont modifiés, comme l’hôtel de Mayenne, dont la construction actuelle est issue d’une transformation entre 1613 et 1617, ou l‘hôtel de Sully, sur ce modèle d’hôtel « entre cour et jardin« , construit en 1625. Plus tard, en 1810, un industriel originaire de l’Aveyron, Jean-Louis Raoul, achète la demeure de la rue Beautreillis aux héritiers. En 1960, l’aménagement du quartier a contraint l’hôtel de Raoul à la démolition.

Un portail à la date incertaine, aux alentours du XVIIIème siècle

En pierre, le portail laisse encore apparaître aujourd’hui une partie de l’inscription « hôtel Raoul« , gravée sur le fronton.

Si le devis commandé par Paul Ardier mentionne un portail pour l’hôtel Raoul ( « La porte de la rue pour entrer dans le logis sera de six piedz de large, garnye d’ung fronton avec moellure honneste », d’après les recherches de Michel Cribier), le décor actuel est d’un style différent que celui ordonné au XVIIème siècle.

Dans ses recherches, Michel Cribier, habitant de l’immeuble actuel qui a mené un travail approfondi sur le lieu, note par exemple que le « détail de ses vantaux sculptés le rapproche de ceux du petit hôtel Le Mayrat, 11, rue Barbette d’époque Louis XV » et que le « heurtoir, préservé sur le portail avec sa platine telle un éventail de dentelles, est d’un style qui était en vogue au XVIIIe siècle.« 

L’horloge aux dophins et l’Allégorie de la Source de l’hôtel Raoul

A la démolition, une ancienne horloge, l’horloge aux dauphins, qui figurait sur l’entrée sur cour comme on peut le voir sur un cliché de 1892, a été démontée et placée sur l’immeuble moderne. L’horloge tient son nom de ses deux ornements sur les côtés qui figureraient des dauphins. Sur son cadran, on distingue le nom de son horloger, « Perret ». Par ailleurs, une sculpture en terre-cuite qui décorait le bassin du jardin de l’hôtel, l’Allégorie de la Source, réalisée en 1837 par Jean-François Étienne Gossin, est aujourd’hui placée à l’intérieur de l’immeuble actuel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :