Le Coup de fil de l’Arlequin, place Saint Georges

Vêtu d’une doudoune jaune vif, d’un jean bleu ciel et d’un bonnet à cordon jaune, tel un Arlequin moderne, un jeune homme téléphone nerveusement à la fontaine de la place Saint-Georges. Au dessus de lui, le dessinateur Gavarni semble le croquer. Sur la base de la statue, les personnages du Carnaval sculptés par Denys Puech, d’habitude d’allure joviale, apparaissent anxieux.

Une fontaine peu en fonction

A l’intersection de la rue Saint-Georges et de la rue Notre-Dame-de-Lorette, la place Saint-Georges est située dans le IXème arrondissement. Elle est entourée de deux hôtels particuliers, l’hôtel de Thiers, et l’hôtel de la marquise de Païva ainsi que du théâtre Saint-Georges. Au centre, bien que rarement en fonction, une fontaine décore une statue du sculpteur Denys Puech représentant Paul Gavarni, illustrateur et auteur de lithographies au début du XIXème siècle.

Le Carnaval à Paris de Gavarni représenté place Saint-Georges

Au sommet d’une colonne en pierre apparait le buste de Paul Gavarni, un carnet à la main, et l’œil à l’affût, prêt à capturer les passants. Habitant alors le quartier, il publie des dessins dans la revue satirique Charivari à partir de 1837. Rapidement, il se spécialise dans le croquis de scènes de spectacles avec plusieurs séries sur le thème du bal masqué et du carnaval.

Statue de Paul Gavarni, par Denys Puech, place Saint-Georges

Sur la statue de la place Saint-Georges sont représentées quatre figures fétiches de ses dessins publiés dans la série « Carnaval à Paris » (1841) , Un pierrot, rival d’Arlequin, décoré d’une collerette et d’un chapeau, un débardeur, personnage du carnaval du nom de l’uniforme simple porté par les dandys pour être à l’aise, comme on peut le voir sur une lithographie issue de la série des Débardeurs (1840), une lorette, jeune femme élégante aux mœurs frivoles vivant de ses charmes dans le quartier et un rapin, garçon ou jeune homme apprenti-peintre dans un atelier d’art.

Ou trouver d’autres œuvres du sculpteur à Paris ?

Originaire de l’Aveyron, Denys Puech est majoritairement représenté au musée Denys Puech de Rodez. Toutefois certaines de ses œuvres sont à Paris, comme la magnifique Aurore, au musée d’Orsay, ou La Pensée, au Petit Palais.

2 commentaires sur « Le Coup de fil de l’Arlequin, place Saint Georges »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :