La rose suspendue du square René Viviani

Inscrite dans une arche végétale, une rose semble flotter dans l’air, comme suspendue. Derrière elle, le sommet d’une sculpture moderne lui offre un réceptacle aérien. Egalement au square René Viviani, un arbre de quatre siècles, un puit ancien et une belle vue sur Notre-Dame-de-Paris.

Une vue florale sur Notre-Dame-de-Paris

Vue sur Notre-Dame-de-Paris depuis le square Viviani

Situé dans le quartier latin, non loin de la fontaine Saint-Michel, et à proximité de la Seine, le square Réné Viviani offre au promeneur la belle possibilité d’avoir une vue florale et végétale dégagée sur la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, à moins de 100 mètres à vol d’oiseau.

Square Viviani avec la fontaine sculptée par Georges Jeanclos

Une fontaine audacieuse en bronze du sculpteur moderne Georges Jeanclos est positionné au milieu d’un cercle décoré de quatre arches végétales, et agrémentées de roses rouges. En bordure du parc se trouve l’église médiévale Saint-Julien-le-Pauvre, datant du XIIème siècle, une des plus anciennes de Paris.

Un arbre de plus de quatre siècles au square René Viviani

Outre les roses on peut admirer dans le parc des frênes à fleurs, aux floraisons odorantes en mai, un ptérocarya, arbre originaire d’Asie , et un robinier planté en 1601, il y a plus de quatre siècles, et probablement un des plus vieil arbre de Paris. Les fleurs du robinier, délicatement parfumées, sont utilisées en essence ou en cuisine notamment. Penché par le temps, il s’élève tout de même à 15 mètres, et s’appuie sur des piliers de béton assez discrets, comme un vieil homme sur un cane. Egalement à la vue du promeneur, un puit datant du XIIème siècle tout près de l’église Saint-Julien-le-Pauvre, ainsi que des balustrades gothiques, des pinacles et des chapiteaux, pour une balade pittoresque au square René Viviani.

Une autre fontaine du sculpteur à Paris

A retrouver ailleurs à Paris, place Stalingrad, une autre fontaine en bronze sculptée de manière similaire par Georges Jeanclos, dédiée à Artémis d’Ephèse, avec, à son sommet, un petit personnage assis en tailleur, appelé le « Dormeur », rappelant Buddha, et figurant la recherche de l’artiste pour la sérénité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :