L’écharpe blanche du Théâtre Libre

De passage devant la grille baissée du Théâtre Libre, une jeune femme porte autour de son cou une écharpe blanche sur un manteau noir, écho au rabat blanc de la robe d’avocat porté par un comédien, affiché en grand sur le théâtre. Plongé vers le bas, le regard du comédien en noir et blanc s’accompagne de quelques formes ovales de couleur formées par les feuilles d’un arbre, que l’on pourrait assimiler à des larmes causées par la fermeture du théâtre. Reportée sine die, comme pour tous les lieux culturels, la réouverture du théâtre, ex-Comedia, s’illustrera par une programmation novatrice.

Ex-Comedia et Eldorado

Situé boulevard de Strasbourg, dans le Xème arrondissement, le Théâtre Libre compte parmi les plus anciens lieux de spectacles et de divertissements à Paris. Sous le nom d’Eldorado, il ouvre ses portes au XIXème siècle, en 1853, comme café-concert et connait célébrité et affluence dans le Paris de la Belle-Epoque, comme on peut le voir sur une illustration signée Auguste Lepère, en 1985. Sous l’impulsion du cinématographe il est transformé en cinéma au XXème siècle, en 1933, avec une salle impressionnante d’une capacité de 1500 personnes. En 2000, des rénovations lui font retrouver un statut de théâtre avec le nom de Comedia. En 2017, il change de nouveau de nom et devient le Théâtre Libre, composée d’une salle principale avec 934 places et salle secondaire, la Scène Libre avec 154 places. La salle de spectacle ainsi que son entrée sont inscrites au patrimoine de France en tant que monuments historiques.

Une programmation variée et novatrice

A proximité du Théâtre Antoine, du nom d’André Antoine, fondateur du mouvement « Théâtre Libre« , la programmation du Théâtre Libre s’inspire d’un esprit de liberté, de diversité et d’originalité. A sa réouverture, les spectateurs pourront ainsi découvrir un ballet métaphorique des chemins de la vie, L’Ombre de l’âme, orchestré par le chorégraphe d’origine cubaine Julio Arozarena, La Nuit du Cerf, spectacles d’artistes circassiens, nommé pour le Molière 2020 de la création visuelle ou encore la pièce d’Andréa Bescond, Les Chatouilles, qui aborde la question de la reconstruction après une innocence subtilisée, sous la forme d’un seul-en-scène où les mots se combinent à la danse, libératrice d’expression.

Les Plaidoiries de Richard Berry au Théâtre Libre

Tous deux mûs par l’art oratoire, le comédien et l’avocat trouvent l’attention voire l’adhésion par la force et la conviction de leur expression. Avec Plaidoiries, le comédien Richard Berry enfile la robe pour donner vie au texte de Matthieu Aron, journaliste d’investigation spécialisé dans la couverture des affaires judiciaires les plus marquantes de notre pays. Interprétant le rôle de grandes figures du barreau, Richard Berry refait vivre des moments d’histoire judiciaire d’importance comme le combat de Gisèle Halimi pour le droit aux femmes à l’avortement ou le procès de Maurice Papon. Cinq plaidoiries majeures pour cinq procès dont les questions impactent notre société, à retrouver au Théâtre Libre au mois de juin 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :