Le petit dessinateur des Champs-Elysées

Muni d’un crayon, un petit garçon, agenouillé sur la grande avenue des Champs-Elysées entreprend de dessiner une des statues exposées par le dessinateur Philippe Geluck. La statue qui inspire le petit garçon représente le Chat, hérissé de crayons formant des perchoirs pour des petits oiseaux. L’exposition éphémère en plein air est visible sur les Champs-Elysées jusqu’au mois de juin.

Le Chat déambule sur les Champs Elysées

C’est une collection de 20 statues du Chat, le personnage fétiche du dessinateur humoristique belge Philippe Geluck, qui s’aligne sur la plus belle avenue du monde, en plein air, pour rejoindre en autant de foulées la place de la Concorde au rond-point des Champs-Elysées. Amateur de sculpture depuis plusieurs années, le dessinateur s’est entouré du sculpteur François Deboucq et du maître-fondeur Jo Van Geert pour assurer la réalisation de ces statues monumentales en bronze, hautes de deux mètres, aboutissement de deux ans de travail.

L’humour pour questionner le monde contemporain

Dans le catalogue de l’exposition, Philippe Geluck explique que l’espace public donne la possibilité de « porter une idée, la rendre visible pour le passant, le faire rire ou sourire, le faire réfléchir, voire créer de l’émotion« . Chacune des statues questionnent le monde de la même manière qu’il le fait avec un crayon. Philippe Geluck invite d’ailleurs le public a venir « se détendre, rigoler, dialoguer avec le Chat, voire le caresser« .

Au micro de France 24, le dessinateur commente trois statues qui lui tiennent à coeur : un Chat attaqué par des crayons, pour rendre hommage à la liberté d’expression des dessinateurs du monde entier, un Chat écrasant une voiture (réelle), comme une sorte de revanche pour sensibiliser sur la condition animale et un Chat supportant un globe rempli de plastique pour aborder la pollution plastique qui menace notre planète. D’autres statues questionnent notre utilisation de l’eau, comme Singing in the rain, avec un parapluie-fontaine qui arrose Chat, notre rapport à la Nature avec la Flute à bec qui montre un petit oiseau qui chante au bout d’une branche ou l’art comme le Discobole, représentant un Chat olympien prêt à lancer une palette en guise de disque.

Les chats voyagent

Prélude à une déambulation hors du périphérique, les chats sont visibles sur les Champs-Elysées jusqu’au 9 juin, puis à Bordeaux pour l’été. Les chats visiteront ensuite une dizaine d’autres villes françaises, avant de s’établir à Bruxelles, ville native de son auteur, pour l’inauguration du futur musée du Chat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :