L’enfance de la Nation

Au premier plan, un enfant, équipé d’un casque et de rollers, vient de chuter sur le sol et s’aide de ses mains pour se relever. Au second plan, la sculpture de Jules Dalou, Le Triomphe de la République, emblème de la Place de la Nation, se dresse, droite et fière, dans le paysage, alors que des enfants jouent autour d’elle, s’amusant à l’escalader. La Place de la Nation, récemment rénovée, se manifeste comme un lieu d’expression de la jeunesse, dans son exaltation, dans ses chutes comme dans ses ascensions.

La place de la Nation, ancienne Place du Trône

Point d’entrée est principal de la capitale, la toute récente place de la Nation, rénovée en 2019 avec plus d’espace verts, a débuté son aménagement à la fin du XVIIème siècle. Elle est alors entourée de champs, mais aussi décorée d’un arc de triomphe et d’un trône, éphémères, dans l’axe du cours de Vincennes, en l’honneur de l’entrée officielle du couple royal Louis XIV et Marie-Thérèse en 1660, d’où son nom de Place du Trône. La place forme plus tard, en 1788, la limite est de la capitale avec la construction du mur des Fermiers Généraux, barrière d’octroi, dont subsistent les deux colonnes du cours de Vincennes, où deux pavillons recevaient la taxe d’entrée des denrées alimentaires. La révolution balaie l’héritage monarchique avec l’installation d’une guillotine. La place prend alors le nom de Place du Trône renversé.

Fontaine et sculpture de Dalou

Après une urbanisation progressive au cours du XIXème siècle, un bassin de 50 mètres de diamètre est aménagé en 1879 au centre de la place, entouré de parterres de fleurs et d’arbustes. C’est l’année suivante, en 1880, que la place prend son nom de Place de la Nation. Des immeubles haussmanniens poussent autour de la place, tandis que le projet du sculpteur Jules Dalou, Le Triomphe de la République, d’abord présenté pour la Place de la République, est retenu pour la place de la Nation et inauguré en 1899. La sculpture monumentale prend la forme d’une allégorie de la République, fière et droite, coiffée d’un bonnet phrygien, installée sur un char tiré par des lions et guidé par le génie de la Liberté. Un forgeron pour le Travail, la Justice et la Paix, accompagnés d’enfants se tiennent de part et d’autre. Une réplique en plâtre est visible au petit Palais.

1er concert en plein air de Paris en 1963

Un peu moins de 20 ans avant la création de la fête de la musique a lieu en 1963, le 22 juin, un grand concert en plein air, gratuit, place de la Nation, le premier du genre à Paris. Si quelques 35 à 40.000 personnes sont attendues, ce sont plus de 150.000 personnes qui assistent au concert, une ampleur considérable pour l’époque. Et pour cause, sur scène, le tout jeune Johny Hallyday, âgé de tout juste 20 ans, électrise la scène de ses premiers succès, Laissez nous twister, Les bras en croix ou encore le fameux Idole des jeunes. Sur scène également Sylvie Vartan, Richard Anthony, Dick Rivers ou encore Les chats sauvages . Un évènement qui marque la naissance d’une prise de conscience de la « culture jeune » des années 60 décrit par le sociologue Edgar Morin comme « un nouveau pouvoir : celui d’une jeunesse qui désormais possède ses propres valeurs et une volonté d’exaltation, sans forcément avoir de contenu« .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :